Tamra, the island

Tamra, the island

탐나는 도다

Tamnaneun Doda

Générique (je n’ai pas trouvé de trailer sur YouTube)

안녕하세요 à tous. (Bonjour en Coréen, prononcer: annyeonghaseyo).

Aujourd’hui ça va pleurer, car nous partons au pays des « dramas » Coréens.


Voici l’histoire d’un travailleur épuisé par un dur service dans un restaurant Japonais.

Disposant de trois heures pour se reposer, il décide de regarder n’importe quoi sur son écran de PC.

Et là, c’est le drama (mouhahaha)!!

Attends! Mais c’est mon histoire ça!

Hé, mais c’est pas mal comme scénario.

On en parle plus tard?

Pfffff….

Enfin!, je me décide à regarder un « drama ». J’en choisis un au pif, avec une histoire assez courte, parce que certains « dramas » sont en 81 épisodes (Jumong)!!

En même temps quand tu suis une série américaine, il y en a dix fois plus.

Je veux aussi qu’il soit « historique », c’est à dire dans le passé.

Je tombe rapidement sur « Tamra, the island ».

C’est parti!!!

Oh mon dieu!!

Mais c’est quoi ça?????

Stop! Il faut que je vous raconte un peu l’histoire avant:

Nous sommes au 17ème siècle (en 1640 précisément), sur l’île de Tamra (aujourd’hui appelé « Jeju »). Dans un village de plongeuses, Beo-Jin, la fille de la chef du village ne trouve pas son bonheur. Elle ne veut pas devenir comme sa mère et souhaite plutôt découvrir le monde.

Jeju
Tamra du temps de Joseon

De l’autre côté du monde, en Angleterre, William souhaite découvrir le Japon pour commercer avec des marchands de poteries. Pour cela, il va filer en douce avec un marchand Japonais, Ahn, et tous les deux embarquent sur un bateau.

Malheureusement pour eux, et heureusement pour nous, le bateau va sombrer près des côtes de Tamra.

Beo-jin va lui sauver la vie et tombe amoureuse de cet Anglais blond aux yeux bleus.

Dans le même temps au village, Park-Kyu, un notable proche du roi, se voit exilé dans la famille de Beo-Jin.

Il va y avoir de la friction entre ce Park-Kyu qui n’a pas l’habitude du « bas » peuple, et Beo-jin qui elle ne se préoccupe pas des bonnes manières.

Une certaine complicité va s’installer entre ces deux personnages. L’amour et la haine seront leur pain quotidien.

Park-Kyu, lui, tombe éperdument amoureux de Beo-jin.

Nous avons donc un amour impossible entre Beo-Jin et « l’étranger » (qui sera tué si il se fait capturer), et un amour impossible entre Park-Kyu et Beo-Jin (Park-Kyu ne pouvant épouser une roturière, sans compter que celle-ci n’a d’yeux que pour l’Anglais (joué par un Français!! Pierre Deporte)).

Dans le même temps il y a une conspiration contre le roi, orchestrée par Seo-Rin, la plus grande marchande de l’île, qui fomente une vengeance.

Cette histoire va s’étaler sur 21 épisodes de 56 minutes chacun.

Voilà, vous êtes maintenant en possession du minimum pour comprendre l’histoire.

Je reviens donc au premier épisode:

AAAAAHHHHHHH!!!

Les 15 premières minutes se passent en Angleterre. Mon dieu! C’est tout simplement imbuvable. Décors et ambiance studio télé. Et en prime, on commence avec ce William, un Anglais blond aux yeux bleus* (!!!!). Ce jeune homme un peu simplet est fou de poterie.

(*J'ai compris pourquoi ils ont choisis un Anglais blond aux yeux bleus. 

En effet, en Corée, ils sont tous avec des cheveux noirs et les yeux noirs ou marrons. 

Il fallait que cet étranger passe pour une bête de foire aux yeux des Coréens qui n'en avaient jamais vu.)

Il veut donc se barrer de l’autre côté du monde pour découvrir toutes ces merveilles sur l’art de la poterie.

Allez, barres-toi!!!! Dégages de ce décors à deux balles, vite.

Purée, c’est sa mère ça? Une actrice de pacotille qui me pique les yeux…

A ce moment là, je me dit:

Mais comment les gens regardent autant de « dramas », cet espèce de vomi qui va bien finir par casser mon disque dur??

(J’exagère un peu, car je veux voir du tournage en plein air, et là c’est carrément le contraire, avec en prime des accents Anglais qui te font saigner des oreilles. Et j’insiste sur sa mère… Par la sainte « pitié arrêtez », le casting a été fait par Gilbert Montagné équipé de boules Quies!!!)

Je fais quand même l’effort, par flemme pour être honnête, de continuer à regarder.

Les voilà dans le bateau… Ils partent… Tempête… Échouage… LA CORÉE!!!

MIRACLE… C’est beau, c’est cool… Adieux F…. England!!!

It’s a miracle!!!!!

Nous voilà aux milieu des femmes du village, qui sont entrain de plonger, entre la mer Jaune et la mer de Chine.

Tamra, ses plages, ses récifs, et surtout ses fonds marins.

Voilà Beo-Jin

« Haenyo » Beo-Jin

La magie opère à la vitesse lumière.

Je reviendrai sur cette actrice et ce rôle un peu plus tard.

La rencontre ne tarde pas entre William et Beo-Jin.

La rencontre

Pour être franc, William, c’est celui qu’on regarde de travers. C’est bizarre de voir un occidental aussi caricatural.

Il parle Anglais avec un accent à te casser un tympan en deux secondes (je rappelle qu’il est joué par un Français).

Je prend mon mal en patience, et je continue de regarder.

Park-Kyu arrive et rencontre enfin Beo-Jin dans la maison familiale. Tout de suite on comprend que ça va être une relation qui va faire des étincelles. Les deux personnages sont très drôles. Kyu craque à la vitesse lumière et son petit cœur explose (en secret), tout comme le mien.

Beo-Jin & Park-Kyu

C’est parti pour des aventures pleines de rebondissements.

Je suis définitivement piégé dans ce « drama ».

Tout le casting est à tomber (comme bien souvent en Corée du Sud).

Tout y passe en terme d’émotions. Le rire, les larmes, le suspens.

Une chose est sûre, l’écriture de chaque épisode n’est pas du tout faite comme pour nos séries.

Chez nous, on a droit a deux/trois épisodes bien écrits, et puis le train-train arrive. Le schéma devient limpide, et il faut souvent attendre les 3 dernières minutes d’un épisode pour qu’enfin la tension remonte. Juste pour être sûr que vous allez regarder l’épisode suivant.

Ici, chaque épisode d’une heure est écrit pour vous tenir en haleine. Pas de séquence inutile, longue, sans intérêt pour l’intrigue, non, c’est prenant tout le temps.

Le mélange entre l’intrigue amoureuse et l’intrigue du complot est parfait.

Il y a de temps en temps des séquences de « flashbacks » concernant des souvenirs, et le tout sur une chanson faite pour te tirer la larme de l’œil.

On en apprend beaucoup sur l’ouverture des frontières dans la région grâce au commerce. La Corée résiste pendant que le Japon s’est ouvert.

On va donc rencontrer des Japonais, des Chinois et des Hollandais.

Ce « drama » est classé dans la catégorie « Historique », qui représente souvent l’époque dite « Joseon » (Dynastie de rois entre 1392-1910).

Et comme dans tous les « dramas-historique », la reconstitution est juste incroyable. On y est. Rien ne vient vous sortir de cette époque.

Moyens de transports, décors, habits, technologie, villages, temples, maisons, absolument tout est parfait (à mes yeux, car je ne suis pas historien).

Donc on y croit, on est dedans, on ne se pose pas de questions, ce qui permet d’être à 100% dans l’histoire.

La maison familiale.

Il faut savoir aussi que ce « drama » n’a pas vraiment connu de gloire en Corée du Sud lors de sa première diffusion. On peut même dire que c’était un échec.

Du coup, MBC raccourcit la série. De 20 épisodes prévus, elle passe à 16. Comme les « drama » sont une institution en Corée du Sud, les fans de la série menacent la chaîne au travers d’un article publié dans un journal. MBC continuera donc la série en 21 épisodes.

Seo-Woo (Beo-Jin).

Cette jeune actrice est une perle.

Drôle, émouvante, femme-enfant, courageuse, magnifique, kawaii, fragile, combattante, fidèle… Franchement, comment ne pas craquer?

Capable de passer d’un sentiment à un autre en une fraction de secondes et de nous emporter avec elle.

Difficile de ne pas pleurer avec elle ou de ne pas sourire en même temps.

Pour son rôle, Seo-Woo a d’ailleurs dû s’entrainer durement pendant trois mois pour savoir nager comme un poisson.

Car je vous parle de ce village de plongeuses sans vous dire à quel point c’était une institution.

On les appelait « Haenyo », les femmes de l’océan, mais dans le sens de « sirènes ».

Lim Ju-Hwan (Park-Kyu)

Park-Kyu

Un homme sublime, joué par Lim Ju-Hwan. Très bien joué même.

Le scénario réserve d’ énormes surprises le concernant.

C’est pour cela que je n’ajouterai rien de plus!

William est-il supportable au final?

Oui. On s’habitue grâce à un détail.

il arrête de parler Anglais pour parler parfaitement bien le Coréen.

Et pas en « faux ». Cet acteur Français parle le Coréen couramment, et pour cause, sa belle-mère est Coréenne.

Ce n’est pas du spoil, nous sommes dans le 1er épisode.

Après je ne cache pas que « l’affect » ne fonctionne pas avec lui.

Tous les autres, c’est sans problèmes. La famille de Beo-Jin est géniale, les plongeuses sont incroyables et très drôles, et même quand nous irons dans la capitale, on se régalera devant un casting de fou.

Une partie du village te souhaite la bienvenue

Je n’oublierai pas de vous signaler l’une des autres actrices. Kim Min-Joo, qui joue Seo-Rin, une femme aussi puissante dans la région que belle. Sans pitié, elle fera tout pour arriver à ses fins.

C’est bien jusqu’à la fin?

C’est terrible!!

Ils sont forts ces Coréens.

Le final est énorme avec absolument tous les acteurs de la série.

On a aussi le final pour cette histoire d’amour à trois.

Park-Kyu, William?? Beo-Jin nous ballade, et vous ne saurez rien avant la fin.

je vais quand même vous le dire, l’homme qui va l’accompagner durant le reste de sa vie est…

Lance la série et tu auras la réponse dans environ une vingtaine d’heures.

Vous pouvez préparer vos mouchoirs d’ailleurs, car autant vous comprendrez vite que Beo-Jin vous emporte avec elle dans le moindre de ses sentiments, autant vous serez surpris par certaines scènes de Park-Kyu.

Hors-tournage

Je vous laisse également la joie de découvrir la rencontre entre William et Park-Kyu qui va certainement vous faire beaucoup rire.

Quand les deux gars se présentent l’un à l’autre, il y a comme un énorme quiproquo qui s’installe.

Quoi, hein??

Voilà, je me suis fait avoir comme un bleu par cette série.

Je suis tombé amoureux de Beo-Jin en moins de deux épisodes.

Une magnifique scène entre Beo-Jin et sa mère, jouée par Kim Mi-Kyung

J’ai adoré l’histoire du complot contre le roi orchestré par une marchande en mode « vengeance ».

j’ai bien rigolé, j’ai bien pleuré, j’ai appris beaucoup de chose sur la Corée, et je me suis même surpris à comprendre ce que les gens disaient de temps en temps, avant de lire le sous-titrage.

En parlant du sous-titrage:

j’ai vu la version sous-titrée par Peluchette .

Un sous-titrage exemplaire. Le timing est parfait, la typo choisie est parfaitement claire, et toute la série est donc compréhensible sans aucun effort.

Du très très bon travail, et je m’incline en la remerciant chaleureusement de m’avoir permis de voir cette série.

Vous avez deux possibilités pour la regarder:

1: Vous cliquez sur Peluchette un peu plus haut, et vous pourrez télécharger tous les épisodes.

2: Vous allez sur les liens YouTube en dessous, et vous voilà prêts à voir la série dans la même qualité que les téléchargements.

Attention, il manque l’épisode 13 sur YouTube!! Allez le télécharger via le lien  » Peluchette » du dessus. 

Episode 21 (fin) (il ne se trouve pas dans la playlist, le voici ci-dessous)

(Un des épisodes à une légère désynchronisation son/image, mais ça n’est pas gênant. Et elle est présente également dans l’épisode téléchargé.)

Vous trouverez une version « VIKI » en vostfr sur YouTube, mais bien que la version de Peluchette ne soit pas en HD, elle est parfaitement bien compressée. La version Viki est très belle sur les images statiques, mais dès que ça bouge, ça devient crados.

Musique:

Je n’ai encore rien dit sur un élément essentiel des « dramas », la musique et les chansons.

Excellentes.

Les musiques et bruitages de la série sont excellents, et même drôles de temps en temps. Des petits sons de chat sont utilisés dans certaines scènes.

La musique d’accompagnement est parfaite, il reste donc les différentes chansons de circonstances.

Bien évidemment, il s’agit de chansons d’amour en Coréen ou en Anglais.

J’en mettrai quelques une à la fin de l’article, mais il y a de la révélation à la tonne!

Mini making-of:

Allez, maintenant, toutes les vidéos qui suivent contiennent des révélations!!

Ce serait dommage de vous gâcher le plaisir, non?

Tant pis pour vous, vous êtes prévenus:

Deux montages sur les relations Park-Kyu/Beo-Jin, mais sur des musiques qui ne sont pas dans la série (en particulier la seconde!)

Celles-ci, je ne sais plus si elles sont présentes dans la série:

De pire en pire niveau révélations!!

Alerte niveau 12/10 de spoiler!!!! L’une des scènes les plus déchirantes de la série (quand on est dedans, ça marche à 1000%)

Hey-Yeah _ タムナ~Love the Island ★OST (spoiler alert!!!)

Dernier bonus: Tournage d’une des scènes de baiser:

Voilà les amis, je me suis régalé, et peut-être que vous détesterez cette série, mais c’est comme ça, c’est la vie.

Mais si vous êtes plutôt romantiques et que vous aimez les intrigues, c’est fait pour vous.

 

C’est fini…

 

Publicités