The villainess

The villainess

악녀

Avertissement: C’est un film ultra-violent visuellement et donc réservé à un public averti. Les captures qui illustrent l’article sont à l’image du film, donc si vous êtes sensibles au sang, passez votre chemin.

Avertissement

 

Pas facile de commenter un film comme celui-ci.

La 1ère réaction quand le film est terminé, c’est « wouaooo ».

Et puis vient le moment de la réflexion, qu’est-ce que je viens de voir?

On n’est même pas à la 3ème minute du film!

De quoi ça parle?

Du retour de Nikita!! Besson vient de terminer la suite…

Non, mais vous serez obligés d’y penser.

Sook-hee décide de venger la mort de son mari dans une mission suicidaire, seule au milieu d’un gang mafieux.

Directement arrêtée par la police après un joyeux carnage, elle se fait recruter par une agence pour devenir tueuse.

Elle devra donner 10 ans de sa vie.

Au cours d’une mission, elle reconnait sa cible et verra son monde s’écrouler.

(Je vous fais la version simple, car entre en jeu son mari, son père, son enfance, l’agence, une histoire d’amour, sa fille, la mafia et les flics!!!)

Fin du 1er carnage

 

Autre détail important, Sook-hee va subir une intervention chirurgicale par l’agence:

7 minutes d’enfer pour bien redémarrer sa vie.

Si vous avez entendu parler du film, vous savez que la 1ère séquence est un carnage vu à la 1ère personne.

C’est fulgurant, décapant, ultra-violent et ça vous scotche sur place.

On doit frôler les 50 cadavres à la fin de cette séquence de 7 minutes.

Le film est réalisé par Jeong Byeong-gil (AK- NYEO) qui était cascadeur et réalisateur de « Confession of a murderer ».

On se dit franchement que l’on va voir un sacré film.

Problème passagé.

Mais voilà, le film a quand même quelques défauts.

On navigue entre ces plans à la 1ère personne, des moments filmés classiquement (non, je déconne), et l’intrigue du film à laquelle des flash-back viennent s’ajouter.

Car l’histoire de Sook-hee commence très très jeune.

Son père a été tué, mais par qui?

Et il y a son mari qui décide d’aller venger la mort du père, mais qui, lui aussi, va y passer, d’où la 1ère séquence du film où Sook-hee va déglinguer du mafieux au quintal.

Il faut aussi savoir que son mari en a fait une tueuse depuis qu’elle est enfant!

Et oui, tout ce beau monde est en fait un monde de taré.

On va donc de surprise en surprise, de rebondissement en rebondissement, de trahison en trahison et tout ça, les pieds dans le sang.

Malheureusement avec toute cette intrigue assez mal menée, on passe à côté d’un chef-d’oeuvre.

Mais attention, c’est quand même un sacré film pourvu d’acteurs incroyables, dont la sublime Kim Ok-bin (Sook-hee) qui tient le film entièrement.

Sans commentaire

Rassurez-vous, je ne vais rien révéler sur certains rebondissements, mais en regardant la bande-annonce, on sait à peu près tout de la plus grosse intrigue du film.

L’enfer d’un jour sans fin

La pauvre Sook-hee vit un enfer depuis son enfance et verra son père mourir ainsi que son mari, restera en vie uniquement pour sa fille qui grandit dans son ventre. L’agence qui l’enlèvera est tenue par une femme qui elle aussi aura eu une vie pitoyable qui l’aura transformé en glaçon.

Triste hein? Mais rassurez-vous, le film est parsemé d’un humour absolument délicieux…

Ahahahah, même pas en rêve!!! Rien.

Vous n’aurez que des larmes, de la tristesse et les nerfs à vifs.

A voir ou pas?

Oui, pour plusieurs raisons.

Tout d’abord pour les  plans séquences (faux, mais très bien faits). Du grand art!

Pour les acteurs Coréens qui sont comme d’habitude démentiels.

Et parce que même si le film est un peu bordélique dans sa construction et un peu convenu sur l’intrigue (surtout quand on a vu Nikita et quelques autres classiques), et bien, c’est quand même un bon film.

Pas un coup de cœur, mais du bon cinéma réservé aux adultes appréciant les films très légèrement violents.

Automatiques, mitrailleuses, couteaux, haches, sabres sont les acteurs secondaires du film. Et oui, ça fait mal…

Comme d’habitude, voici quelques bonus:

Petit passage commercial sur une chaîne Coréenne (KBS):

Mini making of:

Voici, dans une qualité très moyenne, la scène d’intro. Gros spoiler?? Non! Mais à réserver aux âmes non sensibles!!

Quoi qu’il arrive, il finira avec mes autres blu-ray dès sa sortie le 28 mars 2018.

Bisous tout le monde!!

Publicités